30/04/2007

La Corse 2007 : Le récit

Menu principal


 

Voyage en Corse 2007

 

Par Alain Darville

 

Des photos peuvent être vue sur : http://aurore-cyclo-voyages.skynetblogs.be/corse-2007-photos

 

Cette année le club a fait son voyage annuel en Corse à Ghisonaccia du vendredi 6 avril au dimanche 15 avril(Voir site http://www.ghisonaccia.net/). Nous sommes allés au Village de Vacances « Marina d'Erba Rossa » le long de mer à 4 km de Ghisonaccia (Voir site http://www.marina-erbarossa.com/).

 

   1.jpg

 

 

 

 

 

2.gif                                                           

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

  Le parcours en voiture jusque Savone par la Suisse et le tunnel du Saint Bernard, en bateau jusque Bastia, et en voiture jusque Ghisonaccia a duré un peu plus d’un jour et n'a posé aucun problème. Ghisonaccia se trouve au centre est de la Corse le long de la mer dans la  seule région plate de l’île. Le camp de vacances où nous étions permet d'accéder directement à la mer via une très belle plage. Mais les montagnes ne sont pas loin et à peine arrivé à destination, l’après-midi il fallait absolument essayer les vélos.  Charly avait concocté de petits parcours de 40 à 170 km. On a donc commencé par le 40 qui en fera 70, le temps de s’habituer aux noms corses des villages. Les dénivelés sont vite faits,  en partant du niveau de la mer, la moindre colline fait au moins 500 m de haut, et comme les Corses de cette région ont l’habitude de placer leur village au sommet des montagnes, chaque fois il faut tout grimper.

Mais cette première sortie est aussi la sortie des crevaisons. Tous les 10km, Freddy crève un pneu, ensuite c’est Charly. Les routes ne sont pas toujours très bonnes et les trous et crevasses nombreux. Mais sans doute fallait-il s’habituer à ces routes puisque ensuite on n'a plus eu de problème de ce genre.

C’est aussi la sortie des frayeurs. Des rallyemen s’entraînent déjà pour le rallye du week-end suivant. Et cela avec des voitures banalisées. Se retrouver face à face avec ces voitures dans un des nombreux virages fait penser directement à l’accident. Mais ces voitures freinent sur place et les pilotes ont de bons réflexes et tout fini sans problème en continuant le parcours en serrant le plus possible à droite dans chaque virage, au cas où.

Comme on est dans un village de vacance de style camping, Freddy et Pietro décident de mettre tous leurs talents de Maîtres Barbecues en œuvre. Et chacun passe de bons moments, avec le plaisir de se retrouver ensemble en goûtant les vins Corse.

Le camp est aussi caractérisé par la présence d'un paon Léon, qui passe son temps à l'aube et à l'aurore à pousser son cri tellement spécial.

 

 3.jpg

 

Léon le Paon

 

Question vélo, le dimanche et lundi, on s’entraîne sur des parcours montagneux de +- 65 km et cela dans le but de faire le grand parcours du mercredi long de 175 km à travers le centre de la Corse jusqu'au Mont Bavella.

Pendant que les cyclos roulent, Ornella, Myriam, Isabelle, Isoline et Dante font de la randonnée à pied en suivant les parcours concoctés aussi par Charly mais avec comme guide Christine.

Dans le camp, il est possible de jouer au volley-ball, au tennis de table, au tennis, à la pétanque. Une piscine est là mais en pleins travaux, ce qui fait qu’il n’y a pas d’eau.

Chaque jour la lumière change. Le soleil est là, n'est plus là, les nuages ou la brume le remplace. Et chaque fois la vue des montagnes est différente. L’éclairage de celle-ci est chaque fois différent, ou bien les sommets disparaissent dans les nuages. Ce qui fait qu'on ne se lasse jamais de regarder les paysages.

Le mardi est un jour de repos avant la grande étape de mercredi. Christine, Charlie, Christophe et moi en profitons pour aller visiter deux sites archéologiques. Le premier est le  site mégalithique de Cucuruzzu & Capula du 2ème millénaire avant J-C. (Voir site : http://www.corse-sud.net/cucuruzzu/capula.html). Le deuxième est le site de Filitosa tout près de Propriano sur la côte ouest de l’île. (Voir site : http://www.corse-sud.net/filitosa/filitosa.html).

Le mercredi est arrivé, et Freddy, Charly, Pietro, Christophe et moi sommes sur nos vélos. Gérard, José et Umberto, qui ne roulent pas, feront la jonction au Mont Bavella en voiture pour assurer un support technique et moral.

Mais après vingt kilomètres, Pietro casse un rayon de sa roue avant, ne peut plus rouler et pense qu’il devra arrêter là. Mais vive le GSM, un petit appel et nos trois compères arrivent avec les roues avant des autres vélos. On peut donc repartir dans la montagne avec une première montée à 1300 m d’altitude. On est sans doute dans la région la plus pauvre de l’île.

On peut rouler des heures sans rencontrer de voiture mais bien les vaches, bœufs, cochons et ânes en liberté. Question voiture, c'est étrange, mais les 2 voitures (dont une Panda, sans doute pour compléter la ménagerie) qui ont été croisées, l'on été en pleine descente, dans un virage caché avec chaque fois un face à face dont le plus surpris n'était pas le cycliste.

C'est assez amusant de rouler derrière un veau qui galope à la recherche d'un abri ou de courser 3 marcassins qui recherchent leur mère ou encore de jouer à saute mouton au dessous d'un cochon sauvage à la recherche de ses trois marcassins (expérience réalisée par Charlie). Ou aussi de faire une photo de face d'un taureau qui commence à beugler de toutes ses forces.

 

4.jpg

 

Le face à face avec notre taureau.

 

  

Mais la jonction avec Gérard et c° est faite et après 120 kilomètres nous sommes sur le Mont Bavella avec une vue sur les célèbres Aiguilles de Bavella. Le Mont Bavella est l'un des points de départ d'une série de chemins de Grandes Randonnées (GR) à travers la Corse, ce qui fait qu'il y a assez bien de monde.

Une partie des montagnes environnantes est dans les nuages et avec la lumière du soleil qui traverse ces nuages cela donne une atmosphère assez féerique, ce qui fait sans doute de cette région l'une des plus belles de Corse.

Les 175km sont finis sans problème avec un dénivelé qui approche les 3000 mètres.

Le jeudi, Christine et Charly retournent faire une vraie randonnée à pied, pure et dure, dans les environs de Mont Bavella, mais le reste de la bande décide d'aller visiter Bonifacio au sud de l'Ile. (Voir site: http://www.bonifacio.com/index.php?corps=histo)

Bonifacio est un des lieux les plus visités de l'Ile. C'est une ville d'origine Gênoise dont la caractéristique est d'être construite au sommet d’une presqu'île calcaire. C'est effectivement très beau et la visite vaut vraiment le détour.

Ensuite nous passons par Porto-Vecchio, assez grand port mais qui fait pâle figure juste après Bonifacio.

Le vendredi nous sommes repartis faire un dernier tour à vélo, pour dire adieu aux montagnes qu'on commençait à connaître un peu plus et à monter de plus en plus vite. Encore une semaine à ce régime et les montagnes auraient été avalées sans aucun problème.

Et le samedi c'est déjà le retour vers Bastia qu'on a le temps de parcourir avant de prendre le bateau pour rentrer vers la Belgique, mais ça c'est déjà moins drôle.

 

                                      ____________________________________

 

Tracés GPS de trois des cinq parcours effectués:

 

5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dénivelés de ces trois parcours:

6.jpg

 

 

 

 

 

 

 

La descente du Col de Bavella est assez impressionante. Le sommet étant à 1300 mètres, il faut redescendre au niveau de la mer. Image réalisée via Google Earth et le tracé GPS:

7.jpg